vendredi 6 avril 2012

Social media eruption

On vit depuis une dizaines d'années dans une ère où tout devient "virtualisé" pour aboutir à un "vrai" monde irréel, dans lequel on pourrait éventuellement (c'est le cas d'ailleurs) vivre.
C'était une sorte de projection de la pyramide de Maslow sur un support virtuel, qui combine surtout la troisième brique de la dite pyramide "Les besoins d'appartenance et affectif "
L'isolation sociale qui nous a été infligée à cause des réseaux sociaux nous a poussé à rétrécir tout l'environnement qui nous entourait, chose qui a amplifié ce besoin en question, le besoin d'amour, d'amitié...

Ce qui est malin dans tout ça, surtout que le malheur des uns fait le bonheur des autres, c'est que l'exploitation d'un tel potentiel sur le marché économique est devenue nécessaire et inévitable. Ha! bien sur, cette équation marche toujours, c'est carrément le principe fondamentale du commerce : le besoin et l'innovation, réunis, stimulent l'achat.
Du coup on a vu du HI5, du Facebook, du Twitter... et c'était vraiment énorme en matière de croissance (rebond de 500% de tweets en quelques heures) ou pour des introductions en bourse (Facebook qui était valorisé entre 75 et 100 milliards...)

Des "Success Stories" au vrai sens du mot, c'est ce qui explique donc la conception de milliers d'autres réseaux sociaux, avec des déclinaisons bien particulières (musique, vidéos, photos...) mais qui imitent toutes un ou plusieurs des géants du marché sans pour-autant arriver à rivaliser avec.

La créativité, malheureusement, n'était pas toujours au Rendez-vous, d'où l'entrée en état léthargique vraisemblablement de 90% d'entre eux. La commercialisation, quand à elle, a vraiment évolué pour s'adapter à l'ensemble de l'écosystème..ça a commencé via le web, ensuite, extension vers la mobilité et les versions web mobiles et enfin à travers des applications dédiées sur les smartphones ou tablettes.
Non, ce n'était pas suffisant pour améliorer ce taux de pénétration, donc on s'est orienté vers des solutions qui regroupent tous ces réseaux sociaux, ou ce qu'on appelle les agrégateurs pour donner une expérience utilisateur "All in One" unifiée.
Une contrainte, à laquelle on s'attendait pas, était le comportement utilisateur qui s'est montré intransigeant par rapport au "look & feel" de ces  solutions, l'encombrement et la navigation souvent pas très flexibles étaient aussi des facteurs d’échec.

C'était inutile de continuer à miser sur de nouveaux réseaux sociaux donc, mais plutôt interagir avec eux en proposant des services/plateformes qui peuvent "partager" les expériences utilisateurs sur la toile, et je site TweetVox, Instagram...

What's next?! la tendance est en faveur de la VoIP qui exploite le virage mondial au Cloud, pour s'intégrer donc à des solutions à forte popularité, donc rien de surprenant si vous lisez qu'une nouvelle solution vous permet d'échanger une conversation entre deux abonnés de deux réseaux sociaux différents ;)

Wait & See..

B.K